Quelques lieux à visiter

L’église de l’assomption Sainte Marie


Située avenue de la Bourgade, l’église est au cœur du village. Sa construction fut décidée en 1722 pour remplacer l’ancienne église N.D de Ribière, dite « l’Eglise vieille ». Elle ne sera terminée qu’en 1732. Elle mesure 22 mètres de longueur et il faut noter que les deux nefs latérales n’ont été construites qu’au début du XIXème siècle, le clocher est, lui aussi, postérieur. Le maître autel, le retable en bois doré et le tableau de l’Assomption sont contemporains de la construction de l’église.

 

La chapelle Sainte Réparade


Située sous le flanc Est de la Quiho, à 380 mètres d’altitude, on y accède depuis le centre du village par le chemin de Sainte Réparade (route goudronnée). Le linteau de la porte d’entrée indique la date du 20 Juin 1577. Elle aurait été édifiée sur l’emplacement d’un petit fortin, défense avancée de la forteresse. Restaurée en 1892, les actuels contreforts ont été édifiés en 1960 pour prévenir un effondrement prévisible. Cette chapelle est dans un cadre naturel exceptionnel entourée de genêts et bordée au Sud par une oliveraie très ancienne. Depuis l’esplanade, on a une vue panoramique, du Grand Luberon au Nord à la Sainte Victoire au Sud-Est, en passant, lorsque le temps est clair, par la Montagne de Lure et les Alpes de Haute Provence. A nos pieds, la vallée de la Durance, le canal de Provence et Pertuis.

 

Le hameau de la Cride

Probablement le premier hameau installé à proximité du château, à un carrefour de chemins. Il conserve encore quelques maisons anciennes (XVIIIème) et un joli petit lavoir. Il a été très éprouvé par le tremblement de terre de 1909

 

L’ancien Château Fort de la Quiho


En partant de la Cride et en montant vers la Quiho, on peut voir sur la droite, à la sortie du hameau, les ruines de la ferme Saint Jean détruite par le tremblement de terre de 1909. Il s’agirait d’un ancien établissement ecclésiastique construit par l’Archevêché d’Aix avec les indemnités reçues lors de la démolition du château.
Pour monter à la Quilho, prendre la route à gauche en face du lavoir,et laisser la voiture sur l’esplanade devant la maison en ruine (dite « La Boulangerie »). De là, il faut environ 30 à 45 minutes pour monter au sommet. On peut prendre soit le chemin direct (cimenté mais raide), soit tourner à gauche devant la barrière DFCI en passant par l’espace de pique-nique aménagé et ensuite monter sur le plateau par la source de la Gacharelle (plus facile). Il ne faut pas manquer d’aller jusqu’à la table d’orientation qui décrit le paysage du Nord au Sud-Est.

 

Le Domaine de Costefrede

Un peu à l’écart du hameau de La Cride, cette bastide fut érigée en 1681. Elle fut assez fortement endommagée par le tremblement de terre de 1909.

 

Le Château des Arnajons


Situé à l’Ouest du village, après le stade, ce château a été construit au XVIIème, peut-être sur le site d’une villa romaine fortifiée (ne se visite pas).

 

Le Château de Fonscolombe


Situé entre le village et Saint Canadet, le château de Fonscolombe fut construit au XVIIIème par Boyer de Fonscolombe, il est la propriété actuelle de la famille de Saporta (ne se visite pas). En longeant le domaine, on peut voir dans le parc une jolie chapelle abritant la sépulture familiale et, au Nord, l’entrée de la cour d’honneur encadrée de deux tours à toit pointu recouvertes de tuiles vernissées vertes. C’est également domaine viticole.

 

Le Château La Coste


Situé à l’Ouest du village, après La Cride, il s’agit d’une bastide construite en 1682. C’est aussi un domaine viticole.

Le Domaine de la Garde

Cette bastide située entre la déviation et la Durance est construite sur un site historique : la tour de garde du bac de la Durance lorsque celle-ci était navigable.

 

Les Goirands (domaine et hameau)


Domaine du XVIIème, entouré d’un magnifique parc ombragé, dans lequel se nichent une chapelle et un pigeonnier. Les bâtiments des communs constituent maintenant un hameau qui lui conserve son cachet.

 

Le hameau de Saint Canadet

Hameau rattaché au Puy depuis plusieurs siècles, Saint Canadet possède une jolie Eglise. De petite dimension, elle daterait du début du XVIème. Rarement ouverte, sa façade avec son porche roman et son campanile avec cloche ouvrent une jolie perspective lorsqu’on arrive du parking. A l’intérieur, on remarquera une inscription latine sur une plaque de marbre moulurée (brisée à droite). Signalée là par Peiresc au début du XVIIème siècle, il semble qu’elle n’en ait jamais bougé. Elle est dédiée à Sextus Lulius Paternus par son fils Lulius Verinus et rappelle qu’il fut édile et flamine d’Aix (le flaminat étant une fonction honorifique accordée à un prêtre du culte impérial). On pourra poursuivre la visite du hameau en poussant jusqu’au lavoir, très bien éclairé en fin d’après midi, en admirant au passage la magnifique grille du parc du château de Fontvert encadrée par deux pilastres en pierre surmontés de lions (XVIIème -XVIIIème).

Laisser un commentaire