Histoire Culture Puéchenne

La forteresse de la Quilho est située sur la colline qui domine le village. Culminant à 454 mètres, cette colline est constituée d’un plateau calcaire qui se termine en falaise vers le Sud. Bien évidemment cette forteresse naturelle fut occupée dès la protohistoire par un oppidum celto-ligure qui faisait partie du système de défense de l’oppidum d’Entremont au Nord d’Aix.
Vers le X° siècle de notre ère, cette place forte devint une forteresse puis un château, entouré d’une muraille d’environ 1000 mètres de long qui avait une épaisseur moyenne de 1,2 mètres pour une hauteur de 4 mètres. A cette époque, une partie de la population vivait dans des grottes situées sous le plateau.
Le château entre dans les possessions de l’évêché d’Aix au XIème siècle. Au XIIIème siècle, le château avait une garnison, un châtelain, des paysans y résidaient et une église y avait été érigée. Les 2 tours, hautes de 12 mètres, auraient été élevées au XVème ou XVI° siècle. En 1596, à l’issue des guerres de religion entre catholiques et protestants, le Parlement d’Aix prit la décision de démanteler la forteresse mais cette démolition ne fut terminée qu’en 1630. A peu près à cette époque, « La Barraque » qui devait être un ouvrage de défense avancé, fut aménagée en four à cuire le pain d’où le lieu-dit « La Boulangerie » qui fonctionnera jusqu’au XIX° siècle. Les blés étaient foulés sur l’aire de battage contiguë.
Le village a vraiment commencé à s’installer dans la plaine au XVII° siècle après la destruction de la forteresse.

Les évènements qui surviennent à partir de cette époque ne provoquent pas de grands bouleversements. Toutefois en 1720, une grande épidémie de peste se propage depuis la cargaison du navire marchand « Le grand Saint Antoine », débarquée clandestinement, alors qu’il se trouve en quarantaine au Frioul. De Marseille, elle se répand dans toute la Provence, atteignant Le Puy où elle fit 66 morts et 32 à Saint Canadet. Dans ce bourg rural, la Révolution de 1789 n’a pas provoquée de grands bouleversements. En 1878; le Conseil Municipal approuva le principe d’une ligne de chemin de fer desservant la rive gauche de la Durance. Elle fut inaugurée à la fin des années 1880. En 1932, le service des voyageurs fut supprimé et l’exploitation de la ligne cessa définitivement à la Libération (la Résistance avait d’ailleurs fait sauter une partie des voies).

Le 11 Juin 1909 à 21h15, le village subit un tremblement de terre dont l’épicentre se situait à Lambesc : il ne fit que 2 morts mais beaucoup de dégâts, notamment dans les hameaux des alentours.

Pendant la guerre de 39-45, plusieurs maquis se fixèrent sur les collines des environs et le village fut libéré le 21 Août 1944 par les troupes américaines.

Le changement le plus notable concerne le paysage. Ce fut la création, dans les années 1954/1955, du canal de l’EDF qui, amenant les eaux du barrage de Serre-Ponçon à l’étang de Berre, permit l’irrigation de la vallée de la Durance.

Laisser un commentaire